[ Accueil / Bande dessinée / Portfolio / Contact & Commandes ]

Lays Farra

11/01/2016

J’ai vu Star Wars VII.


Mon problème majeur, au-delà de la reprise de brouettes de pages du script de A New Hope à peine tipp-exées, c’est l’absence de changement dans le statu quo.

La victoire du bien dans l’épisode VI aurait pu laisser envisager un changement de la situation. L’Empire vaincu, la République au pouvoir, les problèmes du bien au pouvoir. Mais l’épisode VII ouvre sur certains personnages majeurs disparus, et la République, si elle existe est littéralement annihilée avant même qu’on puisse en voir quoi que ce soit.

La Rébellion devient la Résistance et pratiquement rien n’a changé. Le First Order est exactement pareil que l’Empire, avec sa horde de soldats simili-nazis et les généraux hurlants qui vont avec. Il parle également de la corruption de la République avant de la détruire, quoiqu’on ne sache pas en quoi elle consistait.

D’ailleurs à propos du bien et du mal, je ne pense pas que le problème soit que ce soit trop binaire, ou trop manichéen, mais plutôt qu’on ne voit pas ce que chaque camp propose. Un des gros problèmes pour moi de l’épisode III c’était qu’on ne voyait fondamentalement pas ce que Palpatine offrait à Anakin. Il lui promettait la possibilité lointaine de ressusciter ses proches, de vaincre la mort, mais sans preuves concrètes ou démarches, lui demandant de massacrer des innocents et renoncer à ses allégeances passées en échange.
Ca n’aurait pas été difficile d’inclure des exemples de pouvoirs que procure le côté obscur.

Je ne sais pas, imaginons un épisode supplémentaire qui exemplifierait cela : Palpatine entraîne Anakin a ressusciter des grenouilles, ou à maintenir en vie des êtres vivants qui dépérissent, n’importe quoi. Anakin rechigne devant les animaux qu’il doit tuer, mais apprend petit à petit. Au cours d’une mission ultérieure, un de ses coéquipiers est gravement blessé, mettons Obi Wan. Anakin parvient à le ramener à lui, mais devant sa guérison miraculeuse, celui-ci a des soupçons. Anakin confesse ses nouveaux pouvoirs. Obi Wan est scandalisé, parce que c’est le côté obscur que ça va contre l’ordre des choses, etc.

Dans les faits, le seul aspect du côté obscur qu’on voit c’est leurs supers éclairs de INFINITE POWER que Darth Vader ne peut même pas utiliser (puisqu’à la fin du III il n’a plus de bras biologiques), et on peine véritablement à comprendre ce qu’il gagne concrètement en changeant d’alignement : les pouvoirs télékinétiques qu’il utilise sont les mêmes qu’avant. La lecture dans les pensées peut-être ? Je connais mal l’univers.

Mais même si l’épisode III était mal fagotté et expédié on peut reconnaître que certains des thèmes abordés et une part du relativisme moral qu’il met en scène (enfin toute la trilogie) est présent : les Jedi sont une sorte d’état dans l’Etat, à la législation floue, aux codes de légitimités étranges, aux domaines d’activités variables, qui a le pouvoir de commander des armées personnelles et des expéditions militaires, qui se dit du côté de la démocratie mais a un fonctionnement élitiste, par cooptation de surdoués magiques, etc. etc.
Une part du discours de Palpatine est compréhensible. Tandis que dans l’épisode VII — j’imagine que ce sera développé plus tard — on ne sait pas trop ce qui attirait Kylo Ren vers la méchanceté, quels pouvoirs inédits il en tire.
On aimerait bien détester le First Order, mais au-delà des massacres systématiques qu’ils mettent en oeuvre, on ne sait pas trop ce qu’ils font. On aimerait bien qu’il y ait une balance, un certain équilibre, et que les personnages qui sont déchirés entre le bien et le mal aient véritablement de quoi hésiter, mais si Kylo Ren est déchiré c’est à cause de relations interpersonnelles, sa famille, et non à cause des mérites respectifs des deux camps.

Le film semblait vouloir délivrer un message sur l’émulation du mal, comment Kylo Ren cherche à être le nouveau Darth Vader, à reprendre le manteau de son grand-père. Et de l’émulation il y en a, le First Order étant la copie carbone de l’Empire. Ils cherchent à faire une nouvelle Etoile Noire qui s’appelle la Starkiler je sais pas quoi, qui est juste 17 fois plus grande que l’Etoile Noire. Et cette fois-ci elle absorbe l’énergie d’un soleil et son point faible a un nom différent, mais sinon c’est la même chose.

Franchement, c’est l’Arme Ultime la moins originale possible, surtout dans ce contexte. Ils auraient pu faire la même en changeant uniquement la forme, ç’aurait déjà été plus inventif. En faire un tube. Un sabre laser géant qui coupe des systèmes solaires en deux. Une catapulte à étoiles qui saccage les orbites d’un système stellaire. Un truc qui change les étoiles en trou noir à distance, un lance pierre géant qui propulse des planètes entières à vitesse hyperluminique, n’importe quoi d’autres qu’une Grosse Etoile Noire.

Et quitte à avoir un empire univoquement nazi pourquoi ne pas faire un First Order neo-Nazi, mais justement pas au pouvoir ? Pourquoi ne pas garder les gentils au pouvoir et faire des méchants guerilleros qui se prétendent combattants de la liberté, plutôt que le même pouvoir suprême inéxorable, avec les mêmes gentils combattants de la liberté sans ambigüité.

On peut dire ce qu’on veut de la prélogie mais elle tentait de renverser un peu les tables et d’ajouter à coup de laborieux dialogues politiques un minimum de nuances. Je réalise que les gens aux manettes de ce film ne doivent pas avoir tant de marge de menoeuvre mais bon.

 

 

P. S. : Oh, et les aliens sont purement décoratifs, comme d’habitude, tous les personnages principaux en dehors de Chewbacca et (possiblement) Snoke sont humains. Dans les secondaires : Maz Kanata qui a quelques répliques. Alors que la prélogie nous montrait des jedi de toutes espèces, ils sont ravalés ici à jouer aux dés en criant « taka poulu ka potri tanaka » pour ajouter une touche d’exotisme fictif et lointan. Et les planètes ont une surface pertinente narrativement d’environ un hectare.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire