Le blog de

Lays Farra



17/03/2019

« En la Marche de Gaule » sont les premiers mots du Lancelot propre qui introduisent le royaume de son père Ban de Bénoïc et de son oncle Bohort de Gaunes, à la bordure de la Gaule et de la « Petite Bretagne ».

J’aime beaucoup la littérature arthurienne, et j’anime une émission mensuelle dessus depuis près de deux ans maintenant.

Expliciter la nature précise que les textes arthuriens entretiennent entre eux est parfois difficile, et les métaphores qu’on utilise ne sont pas toujours satisfaisante, à commencer par celle, fréquente et que nous avons souvent utilisé, des super-héros.

camelot3

Différentes incarnations de Batman peuvent effectivement illustrer les points communs et les différences qu’il y a entre le Perceval de Chrétien de Troyes, celui du Lancelot-Graal, Peredur, Perlesvaus ou Parzival ; tout comme on retrouve dans les aventures d’Erec, Cligés, Yvain, Lancelot et Perceval le cadre commun de l’univers arthurien élaboré par Chrétien de Troyes, on retrouve d’un roman à l’autre des personnages (même si parfois seulement dans une liste) et des lieux récurrents, à l’image des multivers que les héros de Marvel ou DC arpentent malgré leurs aventures individuelles et pas (toujours) liées.

Mais on risque aussi d’obscurcir par cette analogie. Norman Daniel l’utilise pourtant dans son livre Héros et Sarrasins : une interprétation des chansons de geste (1984, j’utilise la traduction française 2001) où il compare la force de Guillaume ou de Renouart à celle de divers super-héros. (p. 282) Il les compare aussi à Dune (pourquoi) et au Seigneur des Anneaux (parce qu’il y a des chval et des épées) bien sûr des constructions fictives différentes, mais qui peuvent répondre à des besoins similaires. (p. 284) Je suis sceptique de la pertinence de tous ces liens.

Par contre une comparaison peut-être moins éculée me semble plus plus pertinente, celle qu’il fait avec les Westerns :

(suite…)

11/01/2016

L’homme change bien moins que ne changent ses armes
Un même envahisseur vient par d’autres chemins
À des yeux différents brillent les mêmes larmes
Et le sang sur la terre a le même carmin (Aragon)

J’ai une certaine sympathie pour les apologistes automatique du terrorisme, prisonniers de leur radicalité.

Ils ne peuvent pas blâmer les islamistes — d’abord parce que tout le monde le fait et que c’est trop évident de blâmer les coupable directs. C’est dépolitisé, c’est pas radical. Il faut trouver les causes profondes. Ils disent d’ailleurs qu’ils ne veulent pas excuser ces comportements mais les expliquer causalement, bien entendu, chacun sait qu’une explication et une apologie sont bien souvent indistinguables fonctionnellement quand elles déplacent la responsabilité sur quelqu’un d’autre.

(suite…)

Étiquettes : , | Aucun commentaire
02/07/2015

Je suis constamment en train de butter contre ma propre ignorance, mon incompétence en tous domaines, mon approximation dans mes modes d’expression et d’appréhension du monde. Aussi c’est toujours une surprise et un plaisir assez malsain de trouver des gens encore plus perdus que moi sur des sujets donnés.

Ce n’est pas rare. Internet vous aura montré des armées de claviers prenant un plaisir vicieux à corriger les gens qui n’ont pas eu la chance d’avoir la même éducation qu’eux ou qui n’ont pas eu autant de temps pour creuser le sujet. Quand c’est dans les limites d’un discours éducatif, c’est vertueux, quand cela verse dans la moquerie, moins.

Cependant, certains sont volontairement ignorants. La quantité d’efforts demandée pour accumuler les informations requises prendrait littéralement dix minutes.

(suite…)

Étiquettes : , | Aucun commentaire
09/05/2015

[Cet article comporte quelques erreurs de lien que je tenterai de corriger et des fautes de frappe. Pratiquement une suite de Bad Religion]

Après que les mois sacrés expirent, tuez les idolâtres où que vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. Si ensuite ils se repentent, accomplissent la prière et acquittent l’aumône, alors laissez-leur la voie libre, car Dieu  est Pardonneur et Miséricordieux. Et si l’un des idolâtres te demande asile, accorde-le lui, afin qu’il entende la parole de Dieu, puis fais-le parvenir à son lieu de sécurité. Car ce sont des gens qui ne savent pas. Comment y aurait-il pour les associateurs un pacte admis par Dieu et par Son messager ?

(Coran 9:5-7)

Les hypocrites cherchent à tromper Dieu, mais Dieu retourne leur tromperie (contre eux-mêmes). Et lorsqu’ils se lèvent pour la Prière ils se lèvent avec paresse et par ostentation envers les gens. A peine invoquent-ils Dieu. Ils sont indécis (entre les croyants et les mécréants) n’appartenant ni aux uns ni aux autres. Or, quiconque Dieu égare, jamais tu ne trouveras de chemin pour lui. Ô les croyants! Ne prenez pas pour alliés les mécréants au lieu des croyants. Voudriez-vous donner à Dieu une preuve évidente contre vous? Les hypocrites seront, certes, au plus bas fond du Feu, et tu ne leur trouveras jamais de secoureur.

(Coran 4:142-5)

[Mais] certes les infidèles ne croient pas, cela leur est égal, que tu les avertisses ou non : ils ne croiront jamais. Dieu a scellé leurs coeurs et leurs oreilles ; et un voile épais leur couvre la vue ; et pour eux il y aura un grand châtiment. Parmi les gens, il y a ceux qui disent : « Nous croyons en Allah et au Jour dernier!  » tandis qu’en fait, ils n’y croient pas. Ils cherchent à tromper Dieu et les croyants ; mais ils ne trompent qu’eux-mêmes, et ils ne s’en rendent pas compte. Il y a dans leurs coeurs une maladie (de doute et d’hypocrisie), et Dieu laisse croître leur maladie. Ils auront un châtiment douloureux, pour avoir menti. Et quand on leur dit : « Ne semez pas la corruption sur la terre », ils disent : « Au contraire nous ne sommes que des réformateurs!  » Certes, ce sont eux les véritables corrupteurs, mais ils ne s’en rendent pas compte. Et quand on leur dit : « Croyez comme les gens ont cru », ils disent : « Croirons-nous comme ont cru les faibles d’esprit?  » Certes, ce sont eux les véritables faibles d’esprit, mais ils ne le savent pas. Quand ils rencontrent ceux qui ont cru, ils disent : « Nous croyons »; mais quand ils se trouvent seuls avec leurs diables, ils disent : « Nous sommes avec vous; en effet, nous ne faisions que nous moquer (d’eux) ». C’est Dieu qui Se moque d’eux et les endurcira dans leur révolte et prolongera sans fin leur égarement. Ce sont eux qui ont troqué le droit chemin contre l’égarement. Eh bien, leur négoce n’a point profité. Et ils ne sont pas sur la bonne voie. Ils ressemblent à quelqu’un qui a allumé un feu; puis quand le feu a illuminé tout à l’entour, Dieu a fait disparaître leur lumière et les a abandonnés dans les ténèbres où ils ne voient plus rien. Sourds, muets, aveugles, ils ne peuvent donc pas revenir (de leur égarement). [On peut encore les comparer à ces gens qui, ] au moment où les nuées éclatent en pluies, chargées de ténèbres, de tonnerre et éclairs, se mettent les doigts dans les oreilles, terrorisés par le fracas de la foudre et craignant la mort; et Dieu encercle de tous côtés les infidèles. L’éclair presque leur emporte la vue : chaque fois qu’il leur donne de la lumière, ils avancent; mais dès qu’il fait obscur, ils s’arrêtent. Si Dieu le voulait Il leur enlèverait certes l’ouïe et la vue, car Dieu a pouvoir sur toute chose. (Coran, 2:6-20)

Maybe that’s stupid or young to think like that, but something has to change.

Megan Draper, Mad Men, «The Better Half» (6×9).

Auguste Comte avait une vision du progrès unilatéral, de l’humanité allant vers toujours plus de raison, passant de l’âge mythologique à l’age philosophique puis à l’âge scientifique. Bien sûr, il admit des exceptions (la philosophie s’étant déployée en Grèce avant la théologie telle qu’il l’entendait je crois) mais il maintenait la pertinence du schéma et des âges de l’humanité.

(suite…)

10/03/2015

Quilliam est un think tank/lobby qui vise à contrer l’extrémisme religieux, en l’occurrence musulman, de diverses façons. En informant et en contrant le narratif islamiste, principalement, en influençant les politiques menées par les autorités, aussi.

Beaucoup de gens les détestent. Cela tiens sans doute à la personnalité de Maajid Nawaz, qui peine à écrire un article sans parler de sa rédemption miraculeuse, enfermé qu’il était dans les délires djihadistes, il a vu la lumière et s’est déradicalisé. Comme tous les Paul de Tarse de la terre il se sert de sa conversion pour afficher encore plus sa pureté et la vérité de ses allégations : je peux bien parler des islamistes, j’en étais. On le dira ainsi mégalomane, traître payé pour nourrir l’islamophobie, ou dira carrément qu’il n’est pas musulman. Si je devais faire une analogie, je pense qu’il se traîne le même genre d’image que Tariq Ramadan en France, mais à l’envers.

Au-delà du personnage et de ce qu’ils brassent sans doute trop d’argent pour ce que c’est, Quilliam fait un tout autre travail, qui me semble utile, et ça change du concours permanent du plus gros sarcasme (parallèlement à celui qui arrivera à blâmer le plus de choses possibles sur l’Occident). Sur ma TL Twitter, pourtant, la mauvaise foi débarque. Ces deux dessins par Abdul-Azim Ahmed semblent montrer à quel point le point de vue de Quilliam serait simpliste et idiot par rapport aux positions « académiques » sur la radicalisation.

(suite…)

Étiquettes : | Un seul commentaire
14/01/2015

I’m really tired of those who keep saying ISIS has nothing to do with Islam because it obviously has something to do with Islam. (Iyad El-Baghdadi)

Anti-Muslim bigotry is disgusting, most Muslims are just regular people. But we Muslims need to ask why we’re producing so many terrorists. (ibid.)

On dit souvent que le rôle des historiens des religions c’est d’affirmer aux religieux comme aux athées que les religions sont faites de plus qu’ils ne croient. En exposant la construction complexe de ces structures religieuses, on défierait les conceptions des athées qui n’y verraient que des contes de fée absurde, au-delà de toute explication, tout comme des religieux, qui ne veulent pas connaître les tenants et aboutissants historiques et fonctionnels de leur religion en dehors de leur narratif.

Se battre sur deux fronts est difficile voire impossible, chaque camp répondant à des arguments différents.

(suite…)

09/01/2015

Je suis blanc.

Mon nom, Lays Farra, quoique arabe n’a pas une consonance aussi claire que Ahmed ou Mohammed.

(suite…)

Étiquettes : , | Commentaires (3)