Le blog de

Lays Farra



23/11/2016

Et tu diras, laisse-donc là les journaux
Aragon, Petite suite sans fil.

 

 

 

À la suite de l’élection présidentielle américaine j’ai été victime comme tant d’autres d’une sorte de surcharge médiatique, saturé par les multiples diagnostics contradictoires, les brahmanes qui prétendent tous qu’il faut continuer de faire ce qu’ils font depuis toujours et si-seulement-tout-le-monde-les-écoutait, les radicaux qui sont prêts à tout sauf à voter, les tièdes qui ne sont prêts à rien d’autre qu’à voter, les pires poètes du monde qui se targuent d’oindre de leur Ââârt des plaies encore vives, etc.

Mais si ça nous a rappelé à quel point le problème politique fondamental est de gérer des classes divergentes, ça m’a surtout fait réaliser à quel point j’étais fatigué de vivre par procuration la politique d’autres nations.

(suite…)

20/06/2015

[image de couverture : La Vallée de Larmes (1832) de Gustave Doré]

La Guerre d’Algérie (1954-62) est souvent dépeinte comme quelque chose qui aurait pu être évité pourvu que la politique coloniale n’ait pas été tant anachronique. Après la seconde guerre mondiale, voire avant, les gouvernements occidentaux auraient dû respecter leurs engagements en faveur de l’autodétermination des peuples et décoloniser progressivement. Des colonies de peuplement comme le Zimbabwe (alors Rhodésie du Sud), l’Afrique du Sud ou l’Algérie semblent dès lors des anomalies.

(suite…)