[ Accueil / Bande dessinée / Portfolio / Contact & Commandes ]

Lays Farra

04/09/2018

(Couverture : black-raven200)

 

Je songeais récemment à ce que si quelqu’un devait piocher une tradition religieuse non-abrahamique dans l’histoire de l’Europe occidentale, le choix évident serait la religion romaine et ses ramifications grecques, dont les rites sont le mieux attestés historiquement mais on compte très peu d’adeptes.

Une série de raisons :

  1. D’abord, justement, plus de sources, ce qui veut dire qu’on ne peut pas profiter de leur silence pour bricoler à loisir.
  2. Elle doit sa présence en France et en Angleterre à l’invasion romaine, ce qui ne satisfait pas le fantasme d’indigénat ultime.
  3. La religion romaine a beaucoup changé au fil du temps et incorporé un bon nombre d’importations phrygiennes, égyptiennes et plus largement orientales qui furent très populaires, donc on s’éloigne de la pureté d’une antiquité occidentale nordique.

À ce titre les néo-païens ne jettent leur dévolu que sur une tradition sans antécédent et dont on ne peut pas retracer l’histoire, puisque cette histoire serait un signe de changements culturels, i.e. de corruption. On est plus dans le royaume de la préhistoire que de l’histoire. Le mélange celto-germanique de la Wicca est donc tout choisi, pour des traditions qu’on peut donc imaginer, par manque de preuves, homogènes et inchangées, un peu plus loin du terrible bassin d’échanges de la Méditerranée. La catégorie « païen » se construit négativement : ce n’est pas chrétien, mais aussi ce n’est pas transculturel, càd diffusé et adopté par différentes populations. C’est autochtone, ça émerge comme de la mousse et ça se limite toujours à un peuple intouché par le reste du monde. La religion romaine n’est donc pas le premier choix. Par contre, les théories de Gimbutas sur la « Vieille Europe » matrifocale et son culte reconstruit de la Grande Déesse, avant l’arrivée des Indo-Européens patriarcaux, c’est parfait, en plus de ses inférences féministes. À ce titre, la frange néo-fasciste des néo-païens (illustrée régulièrement par exemple par @PaganTakes1 pour le twitter anglophone) n’est pas réellement une anomalie, mais une prolongation presque naturelle de cette façon de construire le paganisme.

C’est une tentative de refonder une identité occidentale mais sans l’universalisme encombrant du christianisme, qu’on stigmatise donc généralement comme une corruption asiatico-sémitique de la spiritualité vitaliste et naturelle de l’Europe. Bien sûr, dans le néo-paganisme, beaucoup rejettent plutôt le christianisme pour ses côtés dogmatique ou patriarcal, donc un nombre infime d’adeptes de la wicca ont de réelles tendances fascisantes (et les fascistes la voient aussi généralement comme une corruption asiatico-sémitique).

Mais en gardant à l’esprit le caractère minoritaire de cette frange d’extrême-droite, rejeter tout ce qui est trop romain et/ou chrétien parce que trop transculturel pour préférer cette unité ethnique celte et/ou germanique, cela aura forcément des inférences raciales.

Exercice : si vous regardez des tumblr/forums celtic/pagan/folk (étiquette révélatrice) c’est pas évident de deviner tout de suite si c’est des suprémacistes blancs en voyant leurs catalogues de photos romantiques/völkish de femmes blanches en couronnes de fleur dans la forêt.

Et à ce titre le problème n’est pas vraiment « les néo-païens sont tous nazis », ce qui est faux, mais plutôt, « de par ses fondements idéologiques les nazis utilisent l’esthétique et le langage du néo-paganisme comme un code pour leurs projets de pureté raciale ».

P. S. : ici je dis « celto-germanique » mais comme la politique de la blanchité a évolué maintenant ça implique aussi ce qu’on reconstruit des cultures baltes et slaves pré-chrétiennes.

P. S. bis : cette discussion des néopaïens celto-balto-slavo-germanisant n’est d’ailleurs pas pour signifier que les néo-païens romanisants ou hellénisants seraient immédiatement plus cosmopolites, d’ailleurs j’ai l’impression que de par leur relative rareté on y trouve bien plus de néofascistes.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire