Le blog de

Lays Farra



25/03/2017

Beware: English is not my maternal language so a few oddities might pop up in the following article.

Recently, Crash Course purported to take a look at myths and to teach you about « mythology », in a series presented by Mike Rugnetta. I quite like some of their other shows so as a learning scholar on the history of religion, and myself producing a few videos on the topic with a few friends I thought that I’d watch them.

The risk is, of course, falling into a simple listing of gods and stories that forgets to put them in context or analyse them. Feminine figures all become « mothers earths », any celestial being is a Sky Father or a Sky God or, god forbid, a Sun God. All nuance is lost to endless paralellism, attempting to erase difference or even influence : similarities become some sort of doorway into a shared human prehistory, although many times you can clearly see pattern of diffusion rather than shared inheritance. Of course who wrote down our sources is hugely important in such matters. For example, in colonial contexts, maybe the indigenous myths resembles christianity because of missionaries’ attempts to retrofit christianity into local myths to help convert the locals? Maybe if all our sources come from after they made contact with the West we should be wary to not extrapolate the state of their religion in the previous centuries from that? Maybe when the christian Church Fathers talked about paganism they weren’t entirely 100% objective? I don’t know, maybe carefully analyzing the material from which we create narratives about ancient religion and myth is important, something we attempted to do with Antoine and Camille in our video on the links between Samhain and Halloween.

As to Crash Course Mythology, as far as the credits let me see, by people with no training in actual religious studies.

  • Raoul Meyer is credited as writer. He seems to be trained mainly in history/litterature?
  • Alexis Soloski is credited as content consultant, seems to be mainly a drama critic.
  • Meredith Danko and Zulaiha Razak are listed as script editors, and Zulaiha Razak alone as script supervisor. They worked on Mental Floss I think, I don’t know their background.

That’s not a huge problem, but if they draw from a wide varieties of approaches and schools of analysis they might just provide an introduction to the vast and varied study of myth.

Which I think they didn’t for now.

In fact, I think they lifted pretty much the entirety of the episodes written for now from David Leeming’s The World of Myth : an Anthology (1992). I think there’s a good case for plagiarism, or at least copy-pasting of the utmost laziness and dishonesty and as I’ll attempt to show, it doesn’t require much research to show it. Let’s look at their episode #2 « Creation Myths : Creation from the Void« .

(suite…)

24/08/2016

Avertissement : Cet article discute le nazisme et présente des images de jeux vidéos, bandes dessinées, etc. qui les font figurer. Par conséquent y figurent des discussions et des représentations des génocides qu’ils ont commis, impliquant des représentations gores de cadavres, de sang. Ainsi que des images de jeux vidéos relativement violents qui peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes ou des plus sensibles à ces sujets .

(suite…)

30/07/2016

J’ai récemment commencé à lire Mais où sont passés les Indo-Européens ? de Jean-Paul Démoule, qui analyse la construction de ce mythe d’origine de l’occident. Comment à partir de similarités linguistiques et de modèles bibliques d’origine de l’humanité on a supposé un peuple unique, les aryas/aryens qui aurait colonisé de l’Inde à la Scandinavie, et donc qui aurait des abilités ou une destinée hors du commun. Comment on a à partir de leur vocabulaire dépeint une civilisation d’une finesse remarquable, comment les bourgeois européens colonisateurs du XIXe se sont projetés sur leurs ancêtres et leur ont donc prêté des desseins civilisateurs, comment finalement un discours racial construisit une race blonde aux yeux bleus, dolichocéphale et source de la suprématie européenne.

(suite…)

20/06/2015

[image de couverture : La Vallée de Larmes (1832) de Gustave Doré]

La Guerre d’Algérie (1954-62) est souvent dépeinte comme quelque chose qui aurait pu être évité pourvu que la politique coloniale n’ait pas été tant anachronique. Après la seconde guerre mondiale, voire avant, les gouvernements occidentaux auraient dû respecter leurs engagements en faveur de l’autodétermination des peuples et décoloniser progressivement. Des colonies de peuplement comme le Zimbabwe (alors Rhodésie du Sud), l’Afrique du Sud ou l’Algérie semblent dès lors des anomalies.

(suite…)

25/04/2015

[N.b. pourrait s’appeler Contre Chouard Abridged, originellement publié le  5.X.2014. Couverture : illustration réalisée en 2013 sur la République de Platon. « Démocratie ou la justice réclamée »]

Personne n’a lu Contre Chouard, à part peut-être Typhon. Et quand il eut fini de le lire, il affirma :

Démonstration impressionnante, mais dont j’ai peur qu’elle ne tombe dans l’oreille d’un sourd. […] je n’avais jamais entendu parler des idées de Chouard sur le tirage au sort avant de tomber sur les articles de ton blog où tu en dis du mal. Alors, je vis probablement dans une grotte (et j’ai moyennement envie d’en sortir), mais il me semble quand même que les tenants de ces idées sont comparativement rares.

Je pense que l’écho chouardien a pénétré de nombreuses cavernes depuis ce commentaire et vu le sursaut récent de popularité de Chouard, je me satisfait de l’effort que représenta l’écriture de Contre Chouard, investissement justifié de jour en jour.
Mais la longueur de la contextualisation à l’œuvre dans Contre Chouard méritait aussi une version abrégée.

(suite…)

22/11/2014

Introduction

Sur Internet ne prévalent que les théories qu’on peut énoncer en toussant.

  • Le libertarianisme : «*Tousse* ! Moins d’État ! *Tousse*»
  • Le Revenu de Base : «*Tousse* Donnons de l’argent à tout le monde ! *Tousse*»
  • Et maintenant le chouardisme : «*Tousse* Tirons au sort nos députés ! *Tousse*»

Je simplifie ardemment, mais il me parait désormais impossible de tenter un débat sociétal, quel qu’il soit, sans qu’un de ces trois partisans viennent balancer dans le fil de commentaires son argument précuit, et tire de la brièveté de ses propositions un avantage inéchappable sur ses adversaires, puisque toute proposition contraire ou réfutation prendra bien plus longtemps à concevoir ou à énoncer. La règle de base de la rhétorique ce n’est pas de dire quelque chose que votre adversaire ne peut pas réfuter, c’est de dire quelque chose qu’il ne peut réfuter dans le temps qui lui est imparti.

Mon université ayant décidé qu’il était désormais préférable de tirer les délégués des élèves au sort, j’en ai déjà parlé et reparlé avec une certaine mauvaise foi et un certain succès (les deux vont souvent de paire), dépouillé que j’étais de mon droit de regard sur les délégués les plus inutiles que la terre ait porté.

Donc sur nos internets, dans nos fils de commentaires, sous nos vidéos, toujours plus de gens pour dire qu’il nous faut abolir l’élection et tirer au pif nos représentants.

(suite…)